Choisir son guide papier

Malheureusement, Skopje est une destination tellement confidentielle qu’il est plus facile de trouver des livres sur Katmandou ou la Patagonie que la capitale macédonienne.

51Qv8k1FGIL._SY344_BO1,204,203,200_En français, seul un guide touristique a été consacré à la Macédoine, le Petit Futé Macédoine, dont l’édition la plus récente date de 2014. Cet ouvrage est utile, surtout lorsqu’on ne connait pas du tout la région. Néanmoins, si les pages de présentation culturelle du pays et d’idées d’adresses sont bien pensées, le guide présente souvent trop rapidement les sites et ses plans et cartes sont pauvrement dessinés.

Le site du Petit Futé consacre plusieurs pages libres d’accès sur la Macédoine. Ces pages sont très complètes et reprennent le guide papier. Ainsi, on y retrouve les bonnes adresses et les sites décrits dans le livre.

0003011_bradt-macedoniaLe guide Bradt Macedonia, publié en anglais en 2012, reste sans doute le guide le plus complet sur ce pays. De nombreuses pages sont consacrées à Skopje et renseignent aussi bien sur les bonnes adresses, les sites, que l’histoire et la culture locale. Les guides Bradt, publiés au Royaume-Uni, sont connus pour offrir d’avantage de détails sur les sites touristiques que les autres guides. Par ailleurs, ils sont généralement écrits par des anglophones expatriés ou experts dans le pays en question, et ils ont ainsi l’avantage d’offrir un certain point de vue interne. Dans le cas du guide sur la Macédoine, l’auteur est Thammy Evans, qui a vécu cinq ans à Skopje. Un seul point fait défaut : la rareté des illustrations.

Autrement, le site internet de Lonely Planet donne des informations utiles sur le pays et les principaux sites, même si cette maison d’édition n’a pas encore consacré de guide papier à la Macédoine. Malheureusement, peu d’informations sont disponibles sur Skopje. Le site des guides Geo fait bien pire, puisque sur la page consacrée à la Macédoine, on peut apprendre que les principales villes du pays sont « Albanie, Bulgarie, Grèce et Yougoslavie » ! Inutile donc de préciser que ce n’est pas ici que l’on trouvera quoi que ce soit sur Skopje…

71m9eCy1y-L._SL1500_Enfin, les amoureux de littérature peuvent lire ou feuilleter quelques récits de voyageurs ayant mis les pieds dans la capitale macédonienne. Ainsi, la Britannique Rebecca West décrit longuement Skopje et sa population dans Agneau noir et Faucon gris : Un voyage à travers la Yougoslavie. Ce livre publié en 1941 analyse de façon magistrale la société yougoslave de l’entre-deux-guerres et offre au lecteur une idée très complète du Skopje de l’époque, déjà tiraillé entre son héritage ottoman et le progrès occidental. Par ailleurs, l’auteur décrit finement les lieux, les plats locaux ou encore les personnes rencontrées.

Les Suisses Nicolas Bouvier et Thierry Vernet sont passés à Skopje en 1953 pendant leur périple de l’Europe à l’Afghanistan. Le premier a publié L’Usage du monde, et le second, Peindre, écrire chemin faisant. La place laissée à Skopje dans ces deux ouvrages reste cependant assez anecdotique.


« Sous un ciel tacheté de nuages frangés de clair de lune, s’élevait un haut plateau tandis que dans l’air tiède, parfumé de lilas, montait jusqu’à nous, venant des cafés dissimulés dans les cours et les ruelles adjacentes, le son acidulé des chansons macédoniennes. »

Rebecca West, Agneau noir et Faucon gris, 1941.

Pour découvrir encore plus de choses sur Skopje :

Skopje en musique

Dix choses à savoir sur Skopje

Skopje en photos anciennes

Skopje en 10 dates

Publicités