Visiter le Vieux bazar

Le Vieux bazar occupe une surface relativement restreinte, mais il est assez tortueux et une bonne promenade est nécessaire pour en faire le tour. Pour profiter pleinement du lieu, il faut absolument y boire un café turc, visiter une ou deux mosquées et faire un tour dans le marché du Bit Pazar.

Plan du Vieux bazar

Plan du Vieux bazar (cliquer pour agrandir). La partie droite reprend en plus grand l’espace encadré sur la partie gauche.

Skopje_-_Old_City_(9451257663)

Rue du Vieux bazar.

En venant de la place de Macédoine, on accède au Vieux bazar en franchissant le Pont de Pierre sur le Vardar, puis en continuant vers le nord. On passe d’abord devant le hammam Daut Paša, du XVe siècle. Il abrite la Galerie nationale. Ensuite, on franchit le boulevard Goce Delčev par la galerie commerciale Most. Une fois le boulevard franchi, on se trouve au cœur du Vieux bazar.

061-Chifte-Amam-Skopje

Détail du Hammam Čifte.

Le quartier s’organise autour du Bezisten, ou Bedesten. Cet ancien marché couvert a perdu son toit et ses allées blanches baignent désormais dans le calme. On y trouve quelques magasins, galeries et cafés. A proximité, on trouve le hammam Čifte et ses multiples dômes en métal. Construit au XVe siècle, il comptait une section réservée aux Juifs de la ville qui s’en servaient pour leurs bains rituels.

SONY DSC

Vue générale du Vieux bazar. Le Suli An est au premier plan.

La seule église du bazar est celle du Saint Sauveur (Sveti Spas en macédonien). Construite vers 1700, elle est de taille modeste afin de ne pas surpasser les mosquées. L’extérieur de l’église ne laisse rien deviner de la splendeur intérieure. L’iconostase, du début du XIXe siècle, est un chef-d’œuvre d’ébénisterie. Il présente des scènes bibliques dans lesquelles les personnages sont souvent en costumes locaux. Dans la cour se trouve la tombe du héros national Goce Delčev. L’accès à l’église et sa cour est payant (env. 100 denars soit 1.60 €).

Le quartier compte trois caravansérails. Ces constructions à cour intérieure carrée servaient d’auberge et de lieu de négoce aux marchands de passage. Le rez-de-chaussée servait d’entrepôt de de magasins, tandis que l’étage abritait les chambres. Le plus grand de Skopje est le Kuršumli An, datant du XVIe siècle et situé près du Musée de Macédoine auquel il appartient. Les deux autres sont Kapan An et Suli An. Kapan An a été transformé en magasins et en restaurants, et Suli An accueille un musée dédié au Vieux bazar.

MUSTAFA_PASHA`s_MOSQUE_-_view_of_the_portal

Entrée de la mosquée Mustafa Paša.

La plus belle mosquée de Skopje est sûrement Mustafa Paša, qui se dresse près de la forteresse. Elle a été construite en 1492. Dans le jardin qui l’entoure, on trouve le mausolée de Mustafa Pаša, qui a financé la construction, et la tombe de sa fille Umi. A l’opposé du quartier, se situe la mosquée Sultan Murat. Détruite puis reconstruite à plusieurs reprises, elle a reçu son aspect actuel au XVIIIe siècle. C’est la seule mosquée de la ville placée sous le patronage d’un sultan. L’intérieur est vaste et décoré par de splendides plafonds en bois sculpté. Dans la cour, on trouve deux mausolées, l’un du XVIe, l’autre du XVIIIe siècle, et la Tour de l’Horloge. Elle date du XVIe siècle. Il est parfois possible de monter au sommet, guidés par le gardien de la mosquée.

16_big

La mosquée Jahja Paša.

La mosquée Aladža, située au nord du Bit Pazar, date du XVe siècle. Dans le jardin, on peut voir le mausolée de son fondateur, Išak Beg, orné de jolies faïences bleues et blanches. De l’autre côté du boulevard Krste Misirkov, la mosquée Isa Beg a été fondée par le fils du fondateur d’Aladža. Sa silhouette plutôt étrange est marquée par la présence de deux dômes identiques. Enfin, en dehors du bazar, au nord du boulevard Nikola Karev, la mosquée Jahja Paša vaut un petit détour. Construite vers 1503, elle a perdu son dôme dans le grand incendie de Skopje en 1689. Depuis, elle possède un grand toit pyramidal. Son minaret s’élève à 55 mètres, ce qui en fait le plus haut de Skopje sinon de toute la région.

Visiter une mosquée

Isa_bey_mosque_skopje_12

Intérieur de la mosquée Aladža.

Une visite du bazar ne serait pas complète si l’on ne prenait pas le temps d’entrer dans une des nombreuses mosquées. A la différence d’une église, elles ne sont pas ouvertes au passant, mais il y a souvent un gardien autour qui se fera un plaisir d’inviter les touristes à l’intérieur. Il n’est d’ailleurs pas rare de se faire héler lorsque l’on passe devant avec un plan ou un appareil photo. En général, on vous demandera une petite offrande à la fin de la visite. Il faut aussi enlever ses chaussures à l’entrée et les femmes doivent prévoir quelque chose pour se couvrir la tête.

Curieux noms de rues…

Skopje_-_Old_City_(9454038410)

Une rue du quartier.

Les ruelles tortueuses du bazar portent des noms assez étranges pour le visiteur, mais qui traduisent les activités millénaires du quartier. En effet, elles portent le nom des métiers qui y étaient pratiqués. La consonance étrange de ces noms est due au fait qu’ils sont très souvent d’origine turque.

La plupart font référence au travail du cuir : ainsi, la rue Saračka est celle des maroquiniers, Samardžiska des selliers, Kjurčiska des fourreurs, Opinčarska et Papudžiska celles des cordonniers, et Mutavdžiska celle des fabricants de couvertures en cuir.  Mais on trouve aussi Kujundžiska, la rue des orfèvres, Kovačka celle des forgerons, Bojadžiska celle des teinturiers, Kazandžiska celle des chaudronniers, Jorgandžiska celle des matelassiers, Kaftandžiska celle des tailleurs ou marchands de caftans. Enfin, Leblebidžiska, la « rue des pois chiches », était l’endroit où l’on pouvait trouver des plats faits à base de cette graine.

Autour du Vieux bazar

$kopsko_Kal€_(38)

La forteresse de Skopje.

Incontournable et impressionnante, la forteresse de Skopje est très aisément accessible depuis le bazar.

En marchant dans le parc qui s’étend au nord de la forteresse, après environ 500 mètres, on atteint l’excellent Musée d’art contemporain, également accessible depuis la rue Samoilova.

Француски_гробишта_СК_(18)

Le cimetière militaire français.

En continuant sur cette même rue pendant encore 500 mètres, on arrive à un cimetière militaire français de la Première Guerre mondiale. Il comprend 930 tombes et deux ossuaires regroupant les restes de 2.000 soldats français. Ceux-ci étaient engagés dans l’armée d’Orient et ont participé à la libération de la Serbie et de la Grèce. Un cimetière britannique de 124 tombes se trouve par ailleurs près du campus universitaire, de l’autre côté du Vieux bazar.

Retour à la page d’accueil du Vieux bazar

Pour en savoir d’avantage sur ce quartier :

Petite histoire du Vieux bazar

Bonnes adresses

Galerie de photos anciennes de Skopje

Publicités