Lexique romani

Le romani est la langue des Roms. Il est très vivace en Macédoine et à Skopje, où on peut surtout l’entendre à Šutka. Le romani est reconnu par l’État en tant que langue minoritaire et il est utilisé par l’administration et les écoles de Šutka. La majorité des Roms le parlent, mais ils connaissent également le macédonien. Étant donné qu’ils sont musulmans, certains connaissent aussi les langues des autres communautés musulmanes : le turc et l’albanais.

Le lexique qui suit n’a pas vocation à être un outil pratique, mais plutôt un aperçu culturel. Il suit le dialecte arli, le plus courant en Macédoine.

Bonjour :                                              lačho dive (le matin : lačho sabalje)

Bonsoir :                                              lačhi rat

Au revoir :                                            djidikiba / achov devlesar

Bonne nuit :                                         loki ti rat

Je ne comprends pas :                         na haljovava

Ça va ? :                                            sar san ?

Je vais bien, merci :                            dobro, ov sasto.

Merci :                                               ov sasto (masc.) / ov sasti (fém.)

Oui / non :                                         va / na

Comment vous appelez-vous ? :          sar si to anav ?

Je m’appelle… :                                 mo anav si…

D’où venez-vous ? :                            katar aves ?

Rom : rom

Macédonien : makedonko

Albanais : čhibalano

Turc/Albanais : khoraj

Femme : džuvli/manušni (femme rom : romni)

Homme : manuš (si rom : rom)

Fille : rakli (si rom : čhaj)

Garçon : raklo (si rom : čhavo)

Mère : daj

Père : dad

Jour : dive

Nuit : rat

Danser : khelela

Jouer de la musique : bašalela

Chanson : gili

Maison : kher

Vêtements : šeja

Beauté : šužipa (beau : šuži)

Bonté : šukaripe (bon : šukar)

Dieu : devel

Diable : beng

Chance : baxt

Malchance : bibahtalipe

Saint-Georges (jour des Roms) : Hederlezi

ASPECTS DE LA LANGUE

Le romani est une langue indo-européenne, au même titre que les langues latines, germaniques et slaves, et que le grec, l’albanais, le kurde, le persan ou le hindi. Le romani fait plus précisément partie de la famille indo-aryenne, qui comprend aussi le sanscrit, le hindi, l’ourdou, le bengali, le penjabi ou encore le gujarati. La langue la plus proche du romani est le marwari, parlé au Rajasthan. L’appartenance du romani aux langues indo-européennes est flagrante lorsqu’on s’intéresse aux chiffres : par ex. deux = duj, trois = trin, huit = ofto, dix = deš.

Après le départ des Roms vers l’Europe aux X-XIIIèmes siècles, le romani a connu de profondes influences extérieures. Le persan, puis l’arménien, le grec byzantin, le turc et les langues slaves ont chacun apporté des mots nouveaux et ont influencé la grammaire.

Le romani contemporain possède deux genres, masculin et féminin. Le -o identifie les mots masculins, et le -i les mots féminins. Cependant, cette règle n’est ni valable pour les mots se finissant en consonne ni les emprunts étrangers.

Le romani est une langue à déclinaisons. Dans le cas du dialecte arli macédonien, il y a huit cas : nominatif, accusatif, génitif, datif, instrumental, ablatif, locatif et vocatif. Seuls le nominatif, l’accusatif et le vocatif ont de véritables déclinaisons, avec un changement de lettre en fin de mot (ex. avec garçon : nom. čhavo ; acc. čhavea : voc. čhave). Les autres cas ont des déclinaisons à suffixe (gén. čhavesko ; dat. čhaveske ; ins. čhavesar ; abl. čhavestar ; loc. čhaveste). L’accusatif est souvent réservé aux objets inanimés.

Dialectes

Le romani est une langue parlée par des communautés très différentes et réparties dans toute l’Europe. Par conséquent, il y a beaucoup de dialectes et certains sont très éloignés des autres (l’éloignement est parfois comparable à celui qui sépare les langues slaves). La Macédoine connaît trois dialectes : džambazi, arli et bugurdži. Ils peuvent être regroupés dans des familles dialectales plus vastes, le džambazi faisant partie du vlax, et l’arli et le bugurdži du romani balkanique.

Les différences entre dialectes concernent surtout la phonologie et le vocabulaire. Chaque dialecte a une répartition plutôt territoriale mais ils ont tendance à se chevaucher. L’arli domine à Skopje et Kumanovo et il est aussi le dialecte le plus courant dans le reste du pays, sauf à Tetovo (bugurdži). Le džambazi se retrouve à petite échelle dans la plupart des villes. Ces dialectes connaissent des variantes locales ; ainsi l’arli de Skopje peut être divisé en topaanli, barutči, gilanska, etc. Chacune de ces variantes correspond à un quartier rom de la ville.

La plupart des publications en Macédoine utilisent la variante arli avec parfois des emprunts à d’autres dialectes, afin de former une langue standard commune à tous les Roms du pays.

Orthographe

L’orthographe n’est pas encore très bien fixée. La plupart des publications en romani de Macédoine utilisent un système développé à partir des années 1970, mais son usage ne s’est pas généralisé parmi la population. Le romani est encore une langue surtout parlée et elle est peu écrite en dehors de cadres officiels et littéraires. Néanmoins, sa standardisation devient de plus en plus inévitable, notamment pour être utilisée dans le système scolaire.

Retour à la page Côté pratique

Voir aussi :

Lexique macédonien

Lexique albanais

Publicités